top of page
  • Photo du rédacteurISAG

Synthèse macro-financière (T1-2023)

L’Association des Stratégistes en Investissement de Genève (ISAG) consulte les chefs économistes et directeurs des investissements de 19 banques de la Place Financière de Genève pour établir une synthèse économique et financière sur l’évolution macro-financière des 6 à 12 prochains mois.


Une économie plus résistante accompagnée d’une inflation durablement élevée

L’ensemble des stratégistes interrogés considèrent que l’Europe n’entrera pas en récession en ce début d’année 2023.

Les trois quarts d’entre eux attendent un point bas de l’ISM manufacturier aux Etats-Unis au 3ème trimestre 2023, et donc un rebond de l’activité à partir du dernier trimestre.

En Asie, ils sont unanimes sur la poursuite du rebond de l’économie chinoise et des actions chinoises en 2023.

Quant à l’inflation, les stratégistes soulignent que celle-ci restera durablement élevée. Toutefois, les craintes sur l’inflation américaine sont réduites avec 80% d’opinions qui ne voient pas le taux d’inflation dépasser 5% fin 2023 et estiment ainsi que le processus de désinflation se poursuivra.

Forte conviction sur la poursuite du resserrement monétaire de la BCE et plus de doutes quant au taux terminal de la Fed

80% des stratégistes anticipent un taux BCE supérieur à 4% fin 2023, soit au minimum 50 points de base de relèvement des taux additionnel. Suite à la crise bancaire de début mars, ces opinions apparaissent en décalage avec les marchés qui anticipent un taux terminal de 3.26% en septembre 2023 (au 17.03). L’EUR/CHF est dès lors attendu pour trois quarts des stratégistes au-dessus de la parité en 2023.

Côté Fed, les anticipations des stratégistes ne font ressortir aucun consensus. Une minorité anticipe un taux supérieur à 6%, le reste est partagé à voix égales entre un taux de 5%-5.5% et un taux de 5.5%-6%.

57% d’entre eux prévoient le maintien de l’inversion de la courbe des taux 10-2ans jusqu’en 2024.

Les obligations aux devants de la scène en 2023 selon les stratégistes

Les marchés obligataires connaissent un début d’année en fanfare, qui devrait se poursuivre selon les stratégistes. 70% d’entre eux indiquent une surpondération de cette classe d’actifs en 2023.

Les actions peinent quant à elle à convaincre pour la suite de l’année 2023, avec 70% des analystes indiquant une sous-pondération des actions, aussi bien des pays développés que des pays émergents. Par secteur, les stratégistes sont plus optimistes sur la technologie versus la santé et l’énergie.

Détail des réponses en % :



Synthèse rédigée par Maëlle Vaille, Jean-Eudes Clot et Arthur Jurus

46 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

Comments


bottom of page